Chef pâtissier au Musée du Gâteau Basque

17/07/2015

A l’occasion du retour de la saison estivale, que diriez-vous d’aller visiter le temple du gâteau basque à Sare ? On raconte que le Musée du Gâteau Basque est une des visites incontournables pour tout savoir sur cette gourmandise bien de chez nous ! Mais aussi pour mettre la main à la pâte sous les conseils avisés de l’acteur principal du musée : son chef pâtissier ! Aussi généreuse dans le travail que dans la vie, elle confie quelques secrets dans l’interview à suivre…

Bonjour Frédérique, vu le cœur que vous mettez à l’ouvrage, on peut dire que vous êtes réellement passionnée par ce que vous faites et c’est beau à voir. Quel est selon vous, le petit plus à posséder pour être pâtissier au Musée du Gâteau Basque ?
Bonjour, merci tout d’abord pour ces compliments. Le petit plus pour réussir… laissez-moi réfléchir… en plus de la rigueur, je pense qu’il faut profondément aimer le produit que l’on travaille. Mais il faut également être critique envers soi-même, se remettre en question sans cesse, pour rendre ses productions toujours meilleures et surtout – le plus important – continuer d’émerveiller tous les gourmands et les amoureux de notre pâtisserie traditionnelle.

Je me disais bien qu’il fallait avoir quelque chose de plus pour obtenir un tel résultat.  A quoi reconnaît-on un authentique gâteau basque (comme celui du Musée du Gâteau Basque) ?
Pour reconnaître un authentique gâteau basque, il faut avoir l’œil… Je dirais que trois critères principaux permettent rapidement de se faire une idée sur la qualité d’un produit. Tout d’abord son aspect délicat, puis sa couleur qui renseigne très rapidement sur sa texture croustillante – ou non – et enfin son épaisseur !

Une phrase qui résumerait votre philosophie et qui transparaît dans vos produits ?
Je pense qu’au-delà du gâteau il faut profondément aimer l’endroit où l’on vit. Lorsque l’on se sent bien dans son pays, cela transparaît automatiquement dans le produit que l’on confectionne de ses mains. Le bien-être est donc un ingrédient essentiel à la préparation du gâteau basque. Et je pense que c’est pour cela que le gâteau du Musée du Gâteau Basque est si spécial : il ne ressemble à aucun autre !

Si le Chef devait donner une petite astuce réalisable chez soi, ce serait ?
Je vais vous donner une de nos astuces préférées : pour éviter d’avoir des grumeaux dans la crème du gâteau basque, veillez à mélanger une partie du sucre avec la farine. C’est une astuce parmi tant d’autres… mon équipe et moi aimons en donner lors des visites et des ateliers !

Au moment de la dégustation de vos produits, quelles émotions cherchez-vous à susciter chez le consommateur ?
L’essentiel, c’est que nos créations éveillent les cinq sens du gourmand qui le déguste. Notamment la vue, l’odorat et le goût. La vue est le premier contact que l’on a avec le gâteau, la première émotion. Il doit séduire par sa couleur, sa texture, son aspect, sa présentation… Puis vient l’odeur, généralement un mélange gourmand de caramel, rhum et vanille. Puis lors de la mise en bouche c’est l’explosion de saveurs : un moelleux remarquable, une valse entre la texture croustillante de sa pâte et le parfum de sa garniture.

Je ne sais pas vous, mais moi ça m’a bien mis en appétit. En route pour l’escapade les douceurs de la côte ! Prochain arrêt Sare et le Musée du Gâteau Basque !

Réservez votre visite découverte, vos ateliers, ou vos pass gourmands à la journée.

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi : métier, chef chocolatier.

Tags: , , , , ,
Vous pouvez aller directement à la fin et laisser un commentaire. Les pings ne sont pas autorisés.

Laisser un commentaire

*