MĂ©tier : viticultrice au domaine Etxegaraya

07/10/2013

Souvent, il m’arrive de me poser des questions existentielles. Encore hier, pendant que je faisais tourner mon vin rouge Etxegaraya au fond de mon verre pour en libérer les arômes, il m’en est venu une nouvelle. Qui est le(a) magicien(enne) qui arrive à me transporter à chaque gorgée de ce délicieux breuvage ? Pour en avoir le cœur net, ni une, ni deux, je suis allé toquer chez Marianne Hillau viticultrice au domaine Etxegaraya. Elle m’a offert un verre, puis deux, nos langues se sont peu à peu déliées et le mystère s’est progressivement levé.

Bonjour Marianne, parlez-nous un peu de ce qui vous anime : la viticulture. En quoi consiste ce métier ?
De manière gĂ©nĂ©rale, il consiste Ă  cultiver la vigne pour en produire du raisin ou du vin. De la taille aux vendanges, un bon viticulteur se doit de mettre en pratique tout son savoir-faire et d’apporter tous les soins nĂ©cessaires Ă  son outil de travail : la vigne. Tout cela dans le respect de la nature et, Ă©videmment dans la passion du mĂ©tier.

On dirait que ce mĂ©tier est bien fait chez vous, il produit un vin si dĂ©licieux… En parlant de cela, Ă  quoi reconnait-on un bon vin selon vous ?
Alors lĂ , vous me posez une colle parce qu’il en existe de nombreux et de toutes sortes. Ce que je veux dire par lĂ  c’est que ce que je qualifie de bon vin n’est pas forcĂ©ment le bon vin de mon voisin. Pour rĂ©pondre Ă  votre question je dirais qu’il s’agit d’abord d’une question de goĂ»t. Comme nous n’avons pas tous le mĂŞme palais, je laisse Ă  chacun le soin de se faire sa propre idĂ©e. Je prĂ©fère vous donner les indicateurs qui permettront Ă  chacun de trouver son bon vin Ă  lui :

- Il faut évaluer sa limpidité : sa transparence et sa clarté.

- L’intensité de sa couleur : foncée ou légère. Plus elle est foncée plus le vin est vieux et concentré.

- Son nez : en remuant le verre, cela permet de soulever les arĂ´mes du vin.

- Sa longueur en bouche : c’est le temps que l’arrière goĂ»t du vin reste en bouche. Plus il reste longtemps, plus le vin est de bonne qualitĂ©.

Une autre question me taraude depuis pas mal de temps. Le viticulteur doit-il avoir
plusieurs cordes Ă  son arc ?

C’est essentiel ! Il doit à la fois être viticulteur, œnologue, gestionnaire d’entreprise, homme
d’affaires… et j’en passe. Vous venez de toucher du doigt mon maître mot : la P-O-L-Y-V-A-L-E-N-C-
E !

Peut-on dire que la patte féminine qui s’exprime sur votre vignoble fait le petit plus des
cuvées d’Etxegaraya ?

Petit plus je ne sais pas, je dirais que cela fait la différence. Les vins sont plus féminins. Mais goûtez-le
et vous me direz ce que vous en pensez.

Si je vous demandais de résumer votre philosophie en deux mots vous me diriez ?
Les deux mots qui me viennent instinctivement sont : terroir et respect.

Pour terminer, quelles Ă©motions cherchez-vous Ă  susciter chez le consommateur ?
Voyons, je dirais, le plaisir globalement et plus précisément celui de, en une gorgée, permettre au
consommateur de se déconnecter de sa vie quotidienne et de se téléporter dans notre bel Irouléguy.

Merci Marianne, une chose Ă  ajouter peut-ĂŞtre ?
Je dirais à tous les lecteurs de venir visiter mon domaine, et d’associer au plaisir olfactif et gustatif le plaisir visuel, auditif et tactile. Histoire de mettre tous leurs sens en éveil.

Comme une envie de mettre tous vos sens en ébullition ? 

Alors découvrez ou redécouvrez le domaine Etxegaraya !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi : Irouléguy : Marianne cultive un vin de caractère.

Tags: , , , , ,
Les commentaires et pings sont fermés.

Les commentaires sont fermés.