Métier : pisciculteur à Banka

13/09/2013

Un jour, en me réveillant, je me suis demandé… on ressent quoi quand on est pisciculteur dans le cadre féerique de la vallée de Banka ? Cette question m’a trotté dans la tête toute la journée. Alors je suis parti interviewer François, pisciculteur et spécialiste de la truite à Banka pour qu’il nous livre ses états d’âme. J’en ai profité pour lui poser toutes les questions qui me passaient par la tête.

Bonjour François, selon vous quelles sont les qualités que doit posséder un bon pisciculteur ?
Hum…Laissez-moi réfléchir… Il en faut de nombreuses… mais il y en a trois qui me semblent être incontournables.

La première : être passionné. Ce que je veux dire par là c’est qu’il faut se lever le matin en trépignant d’impatience de retrouver les truites briller dans le bassin, et les quitter le soir avec une pointe d’amertume.

La seconde : être rigoureux. Quand on est un pisciculteur appliqué et que l’on veut que le goût et la qualité de la truite que nous élevons soit incomparable, il faut bichonner ces demoiselles à l’extrême. Comment? En veillant à leur procurer une eau naturellement pure et oxygénée, à respecter leurs rythmes de croissance, à leur offrir une nourriture digne des plus fins gourmets, et à leur donner de l’espace en limitant la concentration de leurs congénères dans leur lieu de vie.

La troisième : être proche de la nature. Il est essentiel de la connaître par cœur et de chercher à s’adapter à elle, plutôt que de la forcer à s’adapter à nos pratiques. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il ne faut pas la brusquer, mais plutôt apprendre à parler son langage, l’écouter et la comprendre pour arriver à vivre en parfaite harmonie avec elle. Et ce n’est pas donné à tout le monde.

En plus de cela j’ajouterai qu’il ne faut pas avoir peur de se mouiller (et cela dans tous les sens du terme).

En vous écoutant parler nous nous rendons bien compte que plus qu’un métier, cette activité représente pour vous une passion. Ressentez-vous la même chose concernant le lieu où vous la pratiquez (Banka) ?
Quelle question ! personnellement, la première fois que je l’ai vu, j’ai eu le coup de foudre. Pour comprendre pourquoi il suffit de regarder autour de vous… N’est-ce pas un cadre hors du commun ? Ce vert qui vous ébloui, le rose de ces fleurs qui vous dynamise, le clapotis de l’eau qui vous berce, et ce vallonnement qui vous rassure…

Reparlons du goût inimitable qui est celui de la Truite de Banka. Si vous deviez le définir, que diriez-vous ?
Les mots ne  sont pas assez forts pour décrire la sensation qui nous submerge lorsque l’on porte un morceau de truite de Banka à la bouche.  Ceux qui se rapprocheraient le plus sont : naturel,  iodé, et, évidemment, authentique.

Au moment de la dégustation de vos produits, quelles émotions cherchez-vous à susciter chez le consommateur ?
Qu’ils se disent… « ça sent bon le naturel ! » On retrouve enfin le goût de la vraie truite, pas de celle que l’on peut trouver au coin de la rue.

Parlons santé. Quels sont les bénéfices quotidiens que le consommateur peut ressentir en mangeant de la truite régulièrement ?
Lorsqu’il est élevé dans les règles, c’est un poisson très peu gras et riche en protéines. Sa chair est recommandée dans la plupart des régimes alimentaires sains et équilibrés.

Si vous deviez résumer votre philosophie en une phrase, vous diriez…
« Le prix attire le client mais sa qualité le retient ».

Voilà qui est bien résumé. Dernière question….
Je suis désolé mais je ne peux vraiment pas rester… vous sentez ce fumet de truite de Banka grillée qui flotte dans l’air ? Je le reconnaîtrai entre milles.  Si je n’y vais pas tout de suite, il n’en restera plus !

Si cet article vous a plus, vous aimerez aussi : Truite de Banka, l’excellence, fruit de quarante ans de passion.

Tags: , , , , ,
Vous pouvez aller directement à la fin et laisser un commentaire. Les pings ne sont pas autorisés.

Laisser un commentaire

*